Le Président de l’Union des Maires appelle ses collègues à la solidarité pour le paiement des agents

Publié le 15 mars 2020 · Modifié le 14 mars 2020

Le durcissement des mesures sanitaires, annoncées hier soir par le président de la République pour endiguer l’épidémie de coronavirus n’est pas neutre pour nos collectivités. J’ai assisté hier soir à une réunion avec les décideurs de notre département présidée par monsieur le Préfet.

Notre vie locale sera impactée durablement de manière forte et drastique. Cette crise, sans pareil, signifie que les habitudes sont bouleversées. Chacun doit prendre toute la mesure de la situation en mettant en œuvre des actions de solidarité pour les personnes confinées qui subissent les conséquences du COVID-19.

La suspension d’accueil au sein des crèches, des écoles, des collèges, des lycées et des universités pénalise en tout premier lieu nos communes.

Mais il ne faut pas oublier que ces restrictions radicales ont pour but d’endiguer une épidémie en limitant les déplacements et les rassemblements de personnes, afin d’éviter ou plutôt de ralentir, dans la mesure du possible, la propagation de la contagion.

Pour autant la continuité du service public reste une de nos priorités essentielles et c’est avec responsabilité, raison et solidarité que nos services municipaux sont mobilisés.

Il est important de soutenir l’économie de notre pays, en ne contribuant pas davantage à la précarité salariale de nos agents quel que soit leur statut ou leur contrat. C’est pourquoi dans la mesure du possible, il vous est recommandé de maintenir la rémunération des agents, quand bien même le travail n’est pas effectif. Je pense aux ATSEM, aux animateurs, aux vacataires… qui peuvent se trouver sans tâche à accomplir. Leur garantir un salaire est aussi un moyen de ne pas les affaiblir.

Je vous invite fortement à trouver des accords pour lisser les heures non travaillées, s’agissant de mesures de solidarité nationale (vous trouverez sur notre site internet dans la rubrique « informations covid 19 » l’ensemble des textes que nous collationnons, ainsi qu’une note juridique en cas d’absence du personnel).

La situation est complexe certes, mais elle n’est pas insurmontable. Nous devons tous nous adapter pendant quelques semaines et démontrer, si besoin était, que les maires sont des élus de terrain responsables, raisonnant avec bon sens et discernement.

Agissons au mieux pour nos agents, nos administrés et pour notre belle France.