Plan National Canicule : avant tout du bon sens !

Au-delà de tous les plans et règlementations, le bon sens et la logique sont de mises. Le fil conducteur de toutes les démarches lors de situations exceptionnelles reste celui de la bienveillance et de la protection des plus vulnérables.

Quand il fait chaud on boit de l’eau, on se met au frais, on n’ouvre pas ses volets ni ses fenêtres (sauf éventuellement la nuit lorsqu’il fait plus frais), on ne fait pas d’activité sportive en pleine chaleur. On pense à soi, on pense aux autres, nourrissons, bébés, enfants en bas âge, personnes isolées, en situation de précarité et personnes âgées. Comment faisions-nous avant ?

 

Le plan canicule, qu’est-ce que c’est, comment ça marche ?

Mis en place depuis 2004 suite à la canicule de l’année 2003, le plan canicule est destiné à informer la population et définir les actions à mettre en œuvre aux niveaux local et national pour prévenir et limiter les effets sur la santé, en portant une attention particulière aux populations spécifiques identifiées et en adaptant au mieux les mesures de prévention et de gestion au niveau territorial.

L’activation des niveaux du Plan National Canicule (PNC) est conditionnée par l’atteinte ou le dépassement simultané des indices biométéorologiques (IBM) minimum et maximum au cours d’une même journée.
Les IBM (min/max) constituent la moyenne des températures (minimales – maximales) prévues par Météo France pour les 3 jours à venir (J,J+1,J+2).

Activation du niveau 3

Le déclenchement du niveau 3 – alerte canicule est lié à la probabilité de dépassement des seuils des indicateurs biométéorologiques. Les seuils des indicateurs biométéorologiques pour le Val-d’Oise sont :

IBMn (moyenne glissante sur 3 jours des températures minimales) = 20°C
IBMx (moyenne glissante sur 3 jours des températures maximales) = 35°C

Le préfet du Val d’Oise, a activé le niveau 3 du plan de gestion départemental de gestion d’une canicule demandant aux maires de mettre en œuvre les mesures adaptées à  ce niveau, en se référant au plan départemental de gestion d’une canicule du Val-d’Oise .
Une note de l’AMF rappelle que les maires sont en première ligne au titre de leur compétence de police générale, couvrant les missions de protection de la santé publique et de prévention des risques sanitaires et doivent notamment :

  • Renforcer les actions de communication
  • Transmettre les coordonnées du référent canicule en préfecture
  • Tenir à jour le fichier des personnes vulnérables et contacter quotidiennement les inscrits
  • Identifier tous les lieux publics climatisés sur le territoire de sa commune, qui pourront être éventuellement réquisitionnés à destination des personnes fragiles
  • Dans chaque lieu d’accueil de la petite enfance, le maire doit s’assurer de la présence « d’une pièce rafraîchie » ….

Pour toute information d’ordre général (conseils, conduites à tenir, information en temps réel de la situation), composez la plate forme téléphonique “Information canicule” : 0800 06 66 66 (appel gratuit).